2 mois après le lancement de Free Mobile, je vous propose de faire un petit tour d’horizon sur l’arrivée fracassante du nouvel opérateur. Adulé ou détesté, personne ne reste indifférent !

Free Launch

Le 10 janvier, la conférence façon Keynote présentée par XN (Xavier Niel) himself patron éclairé de FREE, a fait l’effet d’une bombe (nucléaire celle là) dont la résonance n’est plus à démontrer. Le buzz autour des forfaits à respectivement 19,99€ pour du tout illimité et 2€ pour 60 minutes de com et 60 sms  a tout explosé sur son passage et marquera nos mémoires pigeonesques pour longtemps.

Le lendemain, jour officiel du lancement de l’offre et les jours suivants, les cafouillages s’enchaînent à la vitesse d’un TGV et Free démontrera les limites de son effet d’annonce ainsi que les défaillances de son système d’adhésion. Si quelques uns parviennent à s’inscrire, le plus gros de la troupe restera en carafe, serveurs hs…

Une fois la connexion rétablie, les étapes de l’inscription prendront une tournure digne du parcours du combattant, en particulier pour les inscrits du 11 janvier qui attendront l’activation de leur ligne durant plus d’un mois pour certain tandis que d’autres, inscrits plus tard avaient déjà franchi la ligne d’arrivée…

Outre les couacs interne, SAV débordé et quasi injoignable, bug sur les adresses et les RIB, le plus gros du sac de noeud sera dévoilé quelques jours plus tard…la portabilité. Nous découvrirons stupéfaits que le GIE gérant le transfert d’un opérateur à l’autre est sous-dimensionné et doit traiter près de 60 000 demandes par jour, contre 15 à 20 000 habituellement.

le sésame

Où en est on aujourd’hui ? Fort heureusement ces difficultés sont aujourd’hui résolues, la durée de portabilité moyenne est passée de 28 à 6 jours, Free semble de son côté avoir pris son rythme de croisière.

Je dis heureusement pour les abonnés car se sont eux qui en ont fait les frais ! Si nous sommes tous conscients qu’il n’y a pas d’accouchement sans douleur et qu’il était évident que tout ne serait pas rose immédiatement, là ou le bas blesse, c’est la non communication absolue de la part des dirigeants de Free pendant cette période de crise.

L’inquiétude des futurs mobinautes quant à l’obtention de leur ligne a débordée sur tous les forums, a été poussée jusqu’à la rupture totale pour quelques uns, sans un mot de Free pour rassurer ses fidèles inscrits.

Pour ma part je considère ce silence comme un acte de mépris, volontaire ou non, envers une nouvelle clientèle certes impatiente mais à qui on a refusé toute information, ce qui est bien connu chez Free comme étant presque une culture d’entreprise.

En conclusion je dirais ceci : Chez Free on a des prix, on a tout compris; pour le reste, allez vous faire…Et vous ?

Ultime précision : je suis free, qui aime bien châtie bien, merci !